Votre produit a été ajouté

Le casque à vélo obligatoire pour les enfants !

Vent de révolution sur la sécurité à vélo : à compter du 22 mars 2017, le port du casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans.
Les parents doivent en équiper leur enfant au plus vite sous peine d’une amende de 135 euros… et peuvent également en profiter pour s’équiper, car à vélo comme dans la vie, l’exemple parental prime pour les jeunes enfants.

Le vélo tient une place toujours plus importante dans notre société actuelle. Mais sa pratique, aussi répandue soit-elle, nécessite quelques précautions préalables, comme le choix d’un équipement et d’un matériel adapté et en bon état. Parmi ces incontournables, le port du casque s’est imposé ces dernières années, notamment chez les plus jeunes cyclistes. À tel point qu’il est rendu obligatoire ! Un décret publié fin décembre au Journal officiel oblige les enfants de moins de 12 ans à porter un casque à vélo à partir du 22 mars 2017. Qu’ils soient derrière le guidon ou simples passagers, les bambins doivent avoir la tête couverte pour prévenir toute chute ou choc malvenu. Une obligation visant à limiter les blessures graves à la tête et au visage.

une amende
de 135 euros

La loi prévoit un délai de 3 mois afin de permettre aux familles de prendre le temps de s’équiper. Dans un communiqué adressé aux parents, le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, en a appelé à leur bon sens. « Adultes, si vous encouragez vos enfants à pratiquer du vélo, montrez l’exemple ! ». Si vous faites du vélo avec vos enfants, pensez non-seulement à leur faire appliquer ces règles de sécurité dès leurs premiers coups de pédales, mais n’hésitez pas à vous doter aussi d’équipements de protection.
Il n’y a pas d’âge pour être prudent sur la route !

Afin d’inciter les parents à respecter cette nouvelle réglementation, en cas de non-respect de cette obligation, « les adultes transportant ou accompagnant les enfants pourront être sanctionnés par une amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe », soit 135 euros. Mieux vaut donc les investir dans un casque neuf : les plus abordables coûtent moins d’une quinzaine d’euros.

Plus de plaisir
et (beaucoup) moins de risques

Au rayon des protections indispensables à vélo, le casque est sans doute le plus primordial. Et pour cause : les chocs à la tête sont encore trop fréquemment responsables de traumatismes. Des accidents beaucoup plus lourds de conséquences chez les plus jeunes que chez les adultes ou les adolescents. Pour maximiser la sécurité, le casque fait figure de priorité. D’après les statistiques nationales, le port d’un casque à vélo réduit de 70 % les risques de blessures sérieuses à la tête. Dans le même temps, la prévention permet également de diminuer de 31 % les risques de blessures mineures, et de 28 % les risques de blessures au visage. C’est dire si l’importance du respect des consignes de sécurité s’avère importante.

Autre bienfait du port du casque : la diminution drastique de risque de perte de connaissance. Et c’est tout sauf anodin. En cas de chute survenue à une allure supérieure à 10 km/h et sans port de casque, le risque de perte de connaissance grimpe à 98 % contre seulement 0,1 % lorsque le cycliste est équipé. À défaut d’être obligatoire pour tous, le port du casque pour les enfants est une belle victoire pour la sécurité routière, d’autant plus pour les usagers jeunes et donc souvent inexpérimentés.

Les chiffres positifs
du port du casque à vélo

Avec un casque, les risques de blessures sérieuses à la tête diminuent de 70 %, de 31 % les risques de blessures mineures, et de 28 % les risques de blessures au visage. Avec casque, le risque de perte de connaissance successive à une chute est de 0,1 % contre 98 % lorsque le cycliste n’est pas équipé.