Votre produit a été ajouté

Publié le 22/11/2016

Le vélo électrique,

nouvelle lubie

ou vrai nouvel équipement ?

Dans la roue du vélo traditionnel, le vélo électrique tend à se faire une place au sein de la grande famille du cyclisme. Malgré sa cote croissante, quelques sceptiques s'opposent encore à lui. Le vélo électrique est pourtant une très belle invention. Si vous en doutez, découvrez nos réponses à ces idées reçues.

carre1-velo-electrique

1

IDÉE REÇUE #1 : « C'EST POUR LES PARESSEUX »

S'il requiert moins d'efforts que le vélo classique, le vélo à assistance électrique ne les supprime pas pour autant : il les réduit. Son appellation de « vélo à assistance électrique » le rappelle : il n'est pas là pour faire le travail à votre place mais pour vous le faciliter. Son moteur ne s'enclenche que lorsque vous pédalez et s'arrête quand vous levez le pied. Avec une autonomie moyenne de 30 à 70 km (voir jusqu'à 200 pour certains modèles) et une assistance du moteur jusqu'à 25 km/h, vous serez même tenté de rallonger vos parcours, les détours et les pertes de temps ne vous faisant plus obstacle !

2

IDÉE REÇUE #2 : « SON PRIX EST TROP ÉLEVÉ »

Oui, le vélo électrique reste globalement plus coûteux qu’une bicyclette. Les premiers prix pour un modèle correct varient autour de 900 euros, auxquels il faut ajouter l'entretien et les réparations éventuelles chez un spécialiste, soit un total en moyenne de 30 à 40 euros par mois. Mais ce sont surtout les économies réalisées à terme qui sont intéressantes, quelques coups de pédales vous revenant moins chers qu'un plein d'essence ou qu'un abonnement mensuel aux transports publics. Ainsi, en quelques mois d'usage, vous pouvez vite amortir votre investissement initial. Plus vous pédalez, plus vous économisez : la roue de la fortune !

carre2-velo-electrique
carre3-velo-electrique

3

IDÉE REÇUE #3 : « C'EST UN VÉLO ENCOMBRANT »

Autre argument pouvant faire pencher la balance : le vélo électrique peut peser jusqu'à deux fois le poids d'un vélo normal. Un inconvénient qui disparaît une fois en piste, puisque le moteur vous accompagne dans vos mouvements. Ensuite, si le vélo électrique est plus lourd, c'est aussi parce qu'il est plus confortable, conçu pour limiter les efforts violents et assurer un équilibre optimal. Enfin, certains modèles sont également pliables et comme les arguments de leurs détracteurs : faciles à démonter...

4

IDÉE REÇUE #4 : « IL N'EST PAS SI ÉCOLOGIQUE QUE ÇA »

Vos amis les plus observateurs ne manqueront pas de vous le rappeler : le vélo électrique est moins écologique qu'un vélo normal. Il fonctionne en effet à l’électricité. Or, qui dit électricité en France dit nucléaire. Mais la voiture est bien plus polluante. Sans oublier que la batterie au lithium d’un vélo électrique, si elle n’est pas un « éco-carburant » en soi, elle, au moins, est recyclable ! On pourrait même affirmer que le vélo électrique est plus écologique dans le sens où, pédalant moins, on transpire moins. Se salissant alors moins, nos besoins en lessives se réduisent ainsi que la consommation d’eau qui les accompagne ! Mais on est d’accord avec vous, ce dernier argument est assez osé.

5

IDÉE REÇUE #5 : « C'EST UN GADGET POUR CITADINS »

Faux ! D'abord parce que le vélo électrique s'avère très utile au quotidien avec un gain de temps et d'espace, vous évitant la circulation et le stationnement d’une voiture. En ville et sur de courts trajets, il peut donc être une alternative efficace aux 4 roues, d'autant que vous pouvez y intégrer porte-bagage, siège enfant et autres espaces de rangement. Ensuite, le vélo électrique propose une variété de modèles avec une puissance et une ergonomie adaptées aux différents usages et environnements. Pour rouler, à chacun son moteur : que ce soit sur les routes citadines ou de campagne, en forte pente ou sur du plat, en ballade ou sur le chemin du travail...

Pour autant, évitez de partir en montagne ou de vous engager dans des chemins trop isolés, car il vous faudra probablement porter votre vélo en cas de panne ou de casse !

6

IDÉE REÇUE #6 : « C'EST JUSTE UN EFFET DE MODE »

Bien au contraire, le vélo électrique est le reflet d'un monde qui change. En pleine ascension depuis quelques années, avec 3 millions d'exemplaires vendus en 2015 en France, il est appelé à bientôt rattraper son retard sur le peloton de tête. Preuve que les mentalités et les pratiques évoluent, soucieuses du bien-être individuel et de celui de la planète. Qu'importe le vélo, pourvu que l'on ait l'ivresse des sommets : plus de cyclistes, c'est avant tout un monde en meilleur santé.