Votre produit a été ajouté

Publié le 22/11/2016

Le running au féminin,

un bien-être à ne pas rater !

Alors que la course à pied est pendant longtemps restée uniquement réservée aux hommes, aujourd’hui les femmes sont de plus en plus nombreuses à courir et à participer à des courses. Le running au féminin est-il différent de la pratique masculine? Focus sur ce sport entre la course à pied et les femmes.

1_run-femme 2_run-femme 3_run-femme

UNE FÉMINISATION DE LA PRATIQUE

1967 : marathon de Boston, une femme court pour la première fois un marathon, en dépit des tentatives de l’organisation de l’en empêcher.

1984 : on accorde aux femmes le droit de courir des distances supérieures à 1500 m, ce qui leur était jusque-là interdit sous prétexte que cela était mauvais pour leur santé.

Et aujourd’hui en France, 42% des runners sont des femmes! Pas à pas, celles-ci ont donc su s’imposer dans le monde de la course à pied. Même si leur participation sur marathon reste encore timide, elles n’hésitent plus à se mettre sur la ligne de départ de 10 km ou de semi-marathons, à participer aux nombreuses courses 100 % féminines, comme La Parisienne, souvent caritatives, et ce même si elles sont débutantes.

LE RUNNING AU FÉMININ, EST-IL DIFFÉRENT ?

Si la pratique reste identique, les motivations diffèrent souvent entre hommes et femmes. Les femmes se mettent souvent au running dans le but de perdre du poids…

Avant de prendre du plaisir à courir et à chercher à atteindre des objectifs !

Les femmes sont aussi davantage à la recherche d’une pratique partagée, que ce soit entre amies ou lors de sessions running exclusivement féminines. Jamais les runs communautaires organisés à Paris ou en province n’ont connu un tel engouement! Plus que chez les hommes, les notions de convivialité et de plaisir sont importantes pour les femmes.

UN ÉQUIPEMENT ADAPTÉ À LA MORPHOLOGIE FÉMININE

Femmes ou hommes, s’équiper pour courir reste sensiblement identique à l’exception des brassières. Choisir une bonne brassière adaptée est primordial! Trop de femmes négligent encore ce paramètre, au risque de créer des traumatismes et des douleurs au niveau de leur poitrine.

Saviez-vous que la sensation de gêne au niveau de votre poitrine peut jusqu’à tripler pendant une course?

Bien choisir sa brassière est donc essentiel pour préserver sa poitrine. Les éléments à prendre en considération sont ainsi :

  • La taille : connue en mesurant son tour de poitrine et de dos.
  • La coupe : soutien-gorge classique, brassière, bretelles croisées, en Y ou droites.
  • La matière : optez pour des matières légères et respirantes, permettant une évacuation de la transpiration.
  • La fermeture : avec fermetures à l’avant ou à l’arrière.

LES FEMMES, LA GROSSESSE ET LA COURSE À PIED

Pendant longtemps, on a interdit aux femmes de continuer de courir pendant leur grossesse mais les mœurs ont changé et on leur préconise même de continuer à faire du sport ! Il faut avouer que les bénéfices de la course à pied chez la femme enceinte sont multiples : meilleur sommeil, diminution du stress, moins de prise de poids, diminution des risques de diabète gestationnel ou encore d’hypertension.

Courir enceinte est donc possible mais à condition de suivre les conseils de son médecin, ses éventuelles contre-indications et d’adapter ses entrainements selon son état (fatigue, motivation, nausées, éviter les sorties longues...). Passez un certain stade de grossesse, la pratique devra être stoppée, notamment en raison de la proéminence du ventre devenue gênante, tout comme la modification du centre de gravité qui rendra la foulée plus hasardeuse.