Votre produit a été ajouté

Publié le 14/11/2016

3 raisons pour faire du

vélo en toute saison !

Parce que les conditions parfaites n’existent pas et que le vélo est autant un moyen de transport qu’un état d’esprit, vous devrez affronter les aléas climatiques. Ne vous laissez plus démonter par un peu de pluie, l’arrivée des grands froids ou des fortes chaleurs ! Avec nos conseils, vous n’aurez plus aucune raison de laisser votre vélo au garage.

1_velo-6

1

« COMMENT VEUX-TU QUE JE PÉDALE SOUS CETTE PLUIE ? »

Vous pensez que la pluie est le pire ennemi du cycliste ? C’est tout à fait faux. Si vous ne nous croyez pas, essayer donc de rouler une demi-heure avec un fort mistral de face. Cela devrait suffire à vous convaincre que le vent est (bien) plus handicapant. Rouler sous la pluie, ce n’est qu’une question d’équipement !

Avec une veste de pluie adaptée (en Gore-Tex, par exemple) et un pantalon de pluie, vous devriez faire face à presque toutes les situations. Si vous êtes un puriste, vous ajouterez à votre arsenal des chaussons de pluie (pour protéger vos chaussures). Soyez toutefois vigilant : ces vêtements imperméables ne sont pas optimaux pour évacuer la transpiration. Pour vos sous-couches, privilégiez donc des vêtements de sport et ne vous couvrez pas trop !

Dernier point essentiel : la sécurité. Comme en voiture, la pluie augmente considérablement votre distance de freinage. Ceci est particulièrement vrai si votre vélo est équipé de freins à patins, qui accrochent nettement moins sur une roue détrempée. Soyez extrêmement prudent (surtout si vous pédalez en ville), allongez vos distances de sécurité et anticipez les mouvements de l’environnement extérieur (véhicules, piétons, etc.).

2

« AVEC UN FROID PAREIL, JE NE METS PAS UNE ROUE DEHORS ! »

Et bien on ne vous comprend tout simplement pas ! Bien au contraire, vous souffrirez bien plus du froid à pied qu’à vélo, on vous le promet. Enfin, une fois passées les cinq premières minutes, qui suffiront à vous mettre dans le tempo de l’effort et vous réchauffer. Votre équipement ? Un cache-col bien chaud, un bonnet qui couvre bien les oreilles et de nombreuses sous-couches. Privilégiez la multiplication de vêtements légers (sous-vêtements techniques, sweat, coupe-vent) plutôt qu’un épais manteau ou une doudoune !

Et last but not least… des gants. Sachez que les mains seront de (très) loin la partie de votre corps la plus vulnérable : privilégiez des gants à face intérieur grattée (donc anti-dérapante) et à la membrane externe coupe-vent. Certains modèles disposent d’inserts en gel, qui vous protégeront encore mieux du froid extérieur.

Seul bémol : la neige peut rendre la pratique du vélo dangereuse, avec des risques de verglas. En revanche, si vous êtes un adepte du fat bike (vélo aux pneus très larges qui adhèrent mieux sur terrain glissant), la pratique du vélo sur neige ne vous fait pas peur ! Et vous appréciez d’autant plus les moments passés au chaud à vous remémorer vos exploits sportifs de la matinée. Notez toutefois que les projections ou encore l’accumulation de neige sur votre chaîne auront un fort effet corrosif et qu’il vous faudra donc redoubler d’attention à son égard !

2_velo-6

3

« IL FAIT DIX FOIS TROP CHAUD POUR FAIRE DU VÉLO, VOYONS ! »

Et bien cette fois-ci, on vous donne raison ! Faire de l’effort sous un soleil de plomb aux heures les plus chaudes de la journée n’est pas une sinécure pour votre corps, qui aura plutôt tendance à perdre de l’eau qu’à brûler de la graisse.

Mais vous commencez à nous connaître, ce n’est tout de même pas une raison pour rester (totalement) inactif ! En évitant de pédaler entre douze et seize heures, en portant des vêtements amples et clairs ainsi qu’un couvre-chef adéquat, vous pourrez profiter de la douceur de l’été.

Et on parie même qu’une sortie au lever ou au coucher du soleil vous en mettra plein les jambes… et plein les yeux !

velo6_bottomimg